Le théâtre, Tartuffe

Acte 1 scène 5 de Tartuffe

ORGON
270 Mon frère, vous seriez charmé de le connaître,
Et vos ravissements* ne prendraient point de fin.
C’est un homme… qui… ha… un homme… un homme enfin.
Qui suit bien ses leçons, goûte une paix profonde,
Et comme du fumier, regarde tout le monde*.
275 Oui, je deviens tout autre avec son entretien,
Il m’enseigne à n’avoir affection pour rien;
De toutes amitiés il détache mon âme;
Et je verrais mourir frère, enfants, mère, et femme,
Que je m’en soucierais autant que de cela.
CLÉANTE
280 Les sentiments humains, mon frère, que voilà!
ORGON
Ha, si vous aviez vu comme j’en fis rencontre,
Vous auriez pris pour lui l’amitié que je montre.
Chaque jour à l’église il venait d’un air doux,
Tout vis-à-vis de moi, se mettre à deux genoux.
285 Il attirait les yeux de l’assemblée entière,
Par l’ardeur dont au Ciel il poussait sa prière:
Il faisait des soupirs, de grands élancements,
Et baisait humblement la terre à tous moments;
Et lorsque je sortais, il me devançait vite,
290 Pour m’aller à la porte offrir de l’eau bénite.
Instruit par son garçon, qui dans tout l’imitait,
Et de son indigence, et de ce qu’il était,
Je lui faisais des dons; mais avec modestie,
Il me voulait toujours en rendre une partie.
295 C’est trop, me disait-il, c’est trop de la moitié,
Je ne mérite pas de vous faire pitié:
Et quand je refusais de le vouloir reprendre,
Aux pauvres, à mes yeux, il allait le répandre.
Enfin le Ciel, chez moi, me le fit retirer,
300 Et depuis ce temps-là, tout semble y prospérer.
Je vois qu’il reprend tout, et qu’à ma femme même,
Il prend pour mon honneur un intérêt extrême;
Il m’avertit des gens qui lui font les yeux doux,
Et plus que moi, six fois, il s’en montre jaloux.
305 Mais vous ne croiriez point jusqu’où monte son zèle;
Il s’impute à péché la moindre bagatelle,
Un rien presque suffit pour le scandaliser,
Jusque-là qu’il se vint l’autre jour accuser
D’avoir pris une puce en faisant sa prière,
310 Et de l’avoir tuée avec trop de colère.

2 Réponses à “Acte 1 scène 5 de Tartuffe”

  1. Le 20 mai 2014 à 21 h 54 min Pauline H a répondu avec... #

    Comme commentaire on peut proposer :
    1) la naïveté d’Orgon
    2) l’hypocrisie (théâtralité) de Tartuffe

  2. Le 21 mai 2014 à 21 h 04 min Blache a répondu avec... #

    perso je mettrai plutôt:
    1- un portrait élogieux de tartuffe
    -sa stratégie-la manière dont il nous le présente-
    -la vision d’orgon

    2-les dénonciations
    -l’aveuglement d’orgon
    -la comédie de tartuffe( son caractère ostentatoire)
    -molière porte des accusation graves
    a)dénonciation des faux dévots
    par cleante( porte parole de la pensée de molière)
    b)dénonciation de la vulnérabilité des naïfs

Ajouter votre réponse

Blog du niveau intermédiaire |
Historiques |
Mon truc en plume |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Prosecombat
| Plumeareves, textes de Fran...
| François Lagahe