De Nerval

Une allée du Luxembourg

 

1 Elle a passé, la jeune fille
Vive et preste comme un oiseau
À la main une fleur qui brille,
À la bouche un refrain nouveau.

5 C’est peut-être la seule au monde
Dont le coeur au mien répondrait,
Qui venant dans ma nuit profonde
D’un seul regard l’éclaircirait !

Mais non, – ma jeunesse est finie …
10 Adieu, doux rayon qui m’as lui, -
Parfum, jeune fille, harmonie…
Le bonheur passait, – il a fui !

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Blog du niveau intermédiaire |
Historiques |
Mon truc en plume |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Prosecombat
| Plumeareves, textes de Fran...
| François Lagahe